Fiche technique:


-


ACCUEIL



LES ARMES

 
INDEX GENERAL

 
LEXIQUE

(Si un terme vous pose problème, l'index général et le lexique sont à votre disposition)



Le pistolet mitrailleur de 7,65 mm modèle 1938:


     

     

I) Renseignements numériques:

Longueur de l'arme:
630 mm
Longueur du canon:
220 mm
Longueur de la ligne de mire:
340 mm
Hauteur:
 157 mm (sans chargeur)

221 mm (avec chargeur)
Poids à vide:
 2,900 kg
Poids chargé:
3,450 kg
Contenance du magasin:
 32 cartouches
Calibre:
 7,65 mm
Munition:
7,65 x 19,7 dite 7,65 long
Rayures:
 4 à droite au pas de 254 mm
Vitesse initiale (Vo):
 380 m/s
Energie initiale (Eo):
 40 kgm
Cadence de tir:
640 coups/min
Vitesse pratique de tir:
200 à 300 coups/min
Portée pratique:
 100 m
Portée utile maxi:
200 m
Pénétration:
/
Perforation:
/

II) Caractéristiques générales:

Classification:
arme individuelle d'épaule, automatique à tir continu
Subdivision:
pistolet mitrailleur
Utilisation:
combat rapproché
Canon:
rayé, chambre pour étui cylindrique
Système moteur:
action directe de la veine gazeuse sur la culasse
Système de fermeture:
culasse non calée
Alimentation:
chargeur à piles imbriquées, indépendant de l'arme, introduction directe
Système de détente:
simple par détente et gâchette
Système de percussion:
percussion rectiligne, percuteur solidaire de la masse percutante, armé culasse ouverte
Extraction:
normale, extracteur axé et poussé par un ressort
Ejection:
éjecteur projetant, fixe, porté par la boîte de culasse
Sécurités:
/
Sûretés:
blocage de la culasse par la détente se rabattant vers l'avant
Appareils de pointage:
hausse à 2 feuillets basculants (100 m et 200 m) et guidon sur embase
Accessoires à la puissance de feu:
cadence ralentie par course longue de la culasse
Marquages:
sur la face gauche de la carcasse (munition, fabricant, modèle et numéro)

sur la face gauche de la crosse (numéro)
Finition:
phosphatée
Fabricants:
entièrement faite par la Manufacture d'Armes de St-Etienne de 1938 à1949 environ
Exemplaires fabriqués:
?
Période d'utilisation:
de 1940 à 1960 environ
Versions et dérivés:
/
Classification:
1° catégorie

III) Historique:

Devant l'efficacité du pistolet mitrailleur allemand MP18 en calibre 9 mm les différents états-majors prennent conscience de leurs lacunes en ce domaine. Dès le début des années 20 l'adoption en France d'un pistolet mitrailleur en calibre 9 mm est envisagé et plusieurs prototypes réalisés par la suite par la MAS (PM MAS 1925) et la Section Technique de l'Armée (PM STA 1924). Malheureusement la munition de 7,65 mm long est choisie et l'étude des prototypes reprend avec ce nouveau calibre. Suite à des divergences d'idées et des problèmes de budget, le choix n'est toujours pas arrêté en 1935. Au prototype de la MAS (PM S.E. MAS 35) n'est plus opposé qu'une arme de l'Etablissement Technique de Versailles, (PM ETVS) et une arme présentée par la SACM (Société Alsacienne de Construction Mécanique) baptisée PM PETTER . Le S.E. MAS 35 est adopté en 1938 sous l'appellation de PM de 7,65mm MAS modèle 1938 mais la mise en service fut retardée, la production en série ne débutant que peu avant l'invasion allemande. La fabrication reprit néanmoins de façon limitée pour l'armée d'armistice et l'occupant l'adopta également sous le nom de MP 722 (f). Il arma cependant plus souvent la Milice que les armées du Reich.
A la libération le PM Mle 38 reprit du service au sein de l'armée française mais du fait de sa munition au pouvoir d'arrêt limité et du grand nombre d'armes étrangères en service, il ne faisait plus le poids. La production continua cependant et la MAS en fournit encore un certain nombre jusqu'à l'adoption de son remplacant, le PM de 9 mm modèle 1949. En compagnie du PA 35S, avec qui il avait en commun sa munition, il servira en Indochine où ses qualités (légèreté, précision et robustesse) furent appréciées mais cela ne compensait néanmoins pas la faiblesse de sa munition. Il équipera également la police avant là aussi de céder la place au MAT 49.

IV) Fonctionnement et constitution:


 

La carcasse en acier usiné renferme l'ensemble mobile, un volet sur le côté droit permet l'obturation de la fenêtre d'éjection, le bouton de manoeuvre est solidaire de ce volet. Lors de l'armement de la culasse avant un tir il est nécessaire de laisser le levier d'armement accroché en arrière sous peine d'incident de tir, la fenêtre d'éjection étant obturée.Après un tir le levier d'armement doit être ramené manuellement vers l'avant.
La carcasse renferme également un éjecteur solidaire de l'anneau de bretelle.


carcasse nue:



"fonctionnement" de l'éjecteur:
 levier d'armement accroché en arrière, un étui vient d'être extrait de la chambre, l'éjecteur le projette vers la droite.
(ici: culasse du 1° type)
cartouche:
 


le logement de chargeur peut être obturé grâce à un volet lorsque l'arme est déchargée. L'arme est ainsi bien protégée des poussières et autres agressions extérieures.



Volet ouvert:
Volet fermé:


Le mécanisme interne est très simple et est entièrement compris dans l'ensemble poignée-pistolet il comprend:
la détente,
l'ensemble support de gâchette-gâchette et ses 2 ressorts (amortisseur de gâchette et ressort principal),
le levier de sûreté et son ressort.


 
 

L'ensemble mobile est constitué de 2 pièces seulement:
le ressort récupérateur et la culasse mobile, cette dernière ne comportant comme pièce amovible que l'extracteur (et le percuteur pour la culasse 1° type),



ressort 1° type:












culasse 1° type:
(l'arrière de la culasse est partiellement creux, le ressort entoure l'arrière du support de percuteur)



 
 
ressort 2° type:
(il comporte à présent un guide)





culasse 2° type:
(l'arrière de la culasse est désormais entièrement creux)

 
la culasse mobile comporte un cran d'armé et le logement du levier de sûreté,



 

culasse à l'armé:
culasse à la sûreté:

 

Lors du fonctionnement, afin de réduire la cadence de tir, la course de la culasse se poursuit au delà de la carcasse, dans la crosse. Cette dernière est donc creuse sur toute sa longueur et est obturée à l'arrière par un bouchon que vient coiffer la plaque de couche. Elle comporte une barette sur le côté gauche afin d'y accrocher la bretelle.






Le canon forme avec la carcasse un angle particulier et de ce fait la face avant de la culasse n'est pas "droite". Cela n'altère en rien le fonctionnement général.





Le dispositif de visée comporte une hausse et un guidon tout deux non reglables:
Les feuillets constituants la planche de hausse sont déportés sur la gauche et sont rabattus dans un logement de la carcasse au "repos" ceci afin de diminuer les aspérités.




Planchettes repliées:
Planchette 100 m relevée:
Planchette 200 m relevée:

le guidon est sur embase et lui aussi déporté sur la gauche:




Par ailleurs les seuls éléments faisant saillie sont le levier d'armement, le poussoir de crochet-chargeur et l'anneau d'accrochage de la bretelle.




Levier d'armement:
Poussoir de crochet-chargeur:
Anneau d'accrochage de la bretelle:


Le côté gauche de la carcasse comporte, de part et d'autres de l'anneau de bretelle, le marquage du type de munition, les initiales de la Manufacture d'Armes de Saint-Etienne, le marquage du modèle et le numéro matricule de l'arme précédé d'une lettre représentant la série de fabrication:



   


Autres pièces comportant le numéro matricule:



Culasse (ici du 1° type):
Bâti de poignée pistolet:


Crosse:
Bâti de crosse:

Le côté gauche du canon comporte le marquage de l'année de fabrication précédé des initiales de la Manufacture d'Armes de Saint-Etienne:



(NB: le poinçon AN ici présent indique que l'arme a été neutralisée par St-Etiènne, comme l'atteste également le trou dans le canon et la soudure de celui-ci..)


Autres marquages:


macaron sur la crosse
(ici fabrication de la MAS de janvier 1946):


V) Démontage-remontage:

Démontage sommaire:
  • Faire les mesures de sécurité: ôter le chargeur puis manoeuvrer la culasse et s'assurer qu'il ne reste pas de cartouche dans la chambre,
  • ramener la culasse et le levier d'armement vers l'avant,
  • appuyer sur le levier de démontage situé sous la crosse près de la poignée pistolet et faire pivoter la crosse d'1/4 de tour,
  • séparer la crosse de la carcasse,
  • déposer le ressort récupérateur et la culasse mobile (au besoin en se servant du levier d'armement),
  • séparer la poignée pistolet de la carcasse,

 


Démontage complémentaire:

Démontage du chargeur.
  • chasser la plaque de fond de chargeur vers l'intérieur du chargeur et la séparer du chargeur,
  • laisser le ressort se décomprimer, séparer les éléments du chargeur.


démontage de l'extracteur (à n'effectuer que par un sous-officier ou l'armurier du corps)
  • Retirer l'axe de l'extracteur avec un chasse-goupille appliqué sur l'extrémité non coudée,
  • déposer l'extracteur et son ressort en retenant ce dernier.




démontage du percuteur de la culasse 1° type (à n'effectuer que par l'armurier du corps)
  • Retirer l'axe du support de percuteur avec un chasse-goupille appliqué sur l'extrémité la plus petite,
  • ôter le support de percuteur par l'arrière,
  • chasser le percuteur avec un chasse-goupille appliqué par la cuvette de tir.

Remontage complet:

Dans le sens inverse du démontage en n'oubliant pas les coups de bon fonctionnement pour s'assurer de la réussite du remontage...
L'emmanchement de la crosse se faisant par la droite de la carcasse (voir photo ci-dessous) :




VI) Accessoires:

  • 1 bretelle en cuir fauve ou noir,


 

  • 2 porte-chargeurs en cuir fauve ou noir pour 4 chargeurs,                 


face et dos porte-chargeur MAS 38
porte-chargeur MAS 38 à gauche et MAT 49 à droite:

  • 8 chargeurs,

  • 1 trousse en toile pour accessoires comprenant:
    • 1 baguette de nettoyage en deux parties,
    • 1 écouvillon de chambre,
    • 1 chasse-goupille,
    • 1 burette à huile modèle 1915,
    • 1 curette en bois tendre.



baguette de nettoyage
écouvillon de chambre
chasse-goupille



burette à huile
curette
crochet extracteur modèle 1918:




trousse aux accessoires:


  • 1 étui en toile pour rechanges comprenant:
    • 1 extracteur,
    • 1 ressort d'extracteur,
    • 1 axe d'extracteur.


 
axe, ressort d'extracteur et extracteur
étui en toile:

  • 1 guide technique,


Notice du PM MAS 35 livrée avec les premiers PM MAS 38
édition avril 1938
notice du PM MAS 38
édition avril 1940


notice du PM MAS 38
édition avril 1940
(mise à jour mars 1948)
notice du PM MAS 38
Lavauzelle édition 1941
tirage 1951 (existe également en tirage 1942)



VII) Divers: